Mme de la Pommeraye

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mme de la Pommeraye

Message  Samy le Mer 28 Mai - 17:21

Intro:
Le mauvais temps contraint Jacques et son maître de prolonger leur halte dans une auberge. Parmi les clients figurent le marquis des Arcis, dont l'hôtesse aubergiste raconte bientôt l'histoire à nos deux voyageurs. La marquis étant tomber amoureux de Mme de la Pommeraye, une jeune veuve qui avait été si malheureuse durant son mariqge qu'elle avait décidé ce ne plus s'attacher à aucun homme. Ce texte témoigne de l'art avec lequel Diderot conduit ce récit, ainsi que de la manière dont il analyse les évolutions sentimentales. Elle illustre aussi l'idée que Diderot se fait de l'amour, à la fois pessimiste et romaneste dans ses rebondissements.

I-L'art du récit
a.L'extrême concision
-rapidité du récit
-utilisation des différents temps:passé indéterminé, sans précision temporelle: l'imparfait
-contraction du temps à certains moments créant une accélération du récit: (l12) "après avoir lutté plusieurs mois", (l21)"au bout de quelques années"
-accumulation: montre l'affaiblissement de la passion du marquis
b.Vivacité et vérité
-interruptions de l'hôtesse: renforce l'interêt du récit
-l'hôtesse est narratrice et commentatrice: impression de vérité et de spontanéité

II-L'art de l'analyse
a.De la rhétorique classique
-langage soutenu typique du XVII (ex: Princesse de Clèves):"galanterie", "tendresse"
-adoption d'un point de vue par le récit: "si on lui pardonait...": le "on" la désigne d'une façon spécifiquement mondaine.
b.au comportement en action
-éloignement affectif du marquis, rendu par une succession d'attitudes et de gestes: "peu à peu, il passa un jour, deux jours sans la voir, peu à peu, ... abrégea ses visites..."
-détails sur la gestuelle: augmentation de la vraisemblance, + efficace qu'un long discours

III-Une peinture pessimiste et romanesque de la passion
a.L'usure du temps
-l'amour apparait comme une fatalité naturelle et un état passager
-"tout ce qui nous livre à la séduction des hommes": le "nous" souligne les différents destins de la narratrice et de son personnage, verbe "livrer" implique une force irresistible
-la passion n'est pas pour autant durable: "au bout de quelques années... trop unie": habitude et temps tue la passion
b.un silence romanesque et inquiétant
-seconde partie de l'extrait plus portée le marquis et mois sur la Pommeraye. Dès qu'il lui propose quelque chose: elle "consent" (3 fois répété)
-à la fin: Disparition de la Pommeraye

Conclusion:
L'histoire de Mme de La Pommeraye constitue le plus important des récits secondaires que renferme Jacque le Fataliste. Diderot éprouve en effet un plaisir réel à conter et à raconter, comme en témoigne la vivacité et la concision avec laquelle s'exprime l'hôtesse. Mais ces récits secondaires s'expliquent aussi par la conception que Diderot se fait du roman: une oeuvre multiforme soumise au hasard des rencontres de la vie.

Samy
Admin

Messages : 13
Date d'inscription : 14/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://staouder.creaforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum